Au coeur de soi

Blog

  • La fougère et le bambou

    Conversation avec un sage dans une forêt...
     

    – Pourrais-tu me donner une bonne raison pour ne pas m’avouer vaincu? Lui ai-je demandé.

    – Regardes autour de toi, me répondit-il, vois-tu la fougère et le bambou?

    – Oui, répondis-je.

    – Lorsque j’ai semé les graines de la fougère et du bambou, j’en ai bien pris soin. La fougère grandit rapidement. Son vert brillant recouvrait le sol. Mais rien ne sorti des graines de bambou. Cependant, je n’ai pas renoncé au bambou.

    – La deuxième année, la fougère grandit et fut encore plus brillante et abondante, et de nouveau, rien ne poussa des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

    – La troisième année, toujours rien ne sorti des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

    – La quatrième année, de nouveau, rien ne sorti des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

    – Lors de la cinquième année, une petite pousse de bambou sorti de la terre. En comparaison avec la fougère, elle avait l’air très petite et insignifiante.

    – La sixième année, le bambou grandit jusqu’à plus de 20 mètres de haut. Il avait passé cinq ans à fortifier ses racines pour le soutenir. Ces racines l’on rendu plus fort et lui ont donné ce dont il avait besoin pour survivre.

    – Savais-tu que tout ce temps que tu as passé à lutter, tu étais en fait en train de fortifier tes racines? Dit l’ancien, et il continua…

    – Le bambou a une fonction différente de la fougère, cependant, les deux sont nécessaires et font de cette forêt un lieu magnifique.

    – Ne regrettes jamais un  jour de ta vie. Les bons jours t’apporteront du bonheur. Les mauvais jours t’apporteront de l’expérience. Tous deux sont essentiels à la vie, dit l’ancien, et il continua… Le bonheur nous rend doux. Les tentatives nous maintiennent forts. Les peines nous rendent plus humains. Les chutes nous rendent humbles. Le succès nous rend brillants…

    L’image contient peut-être : texte

  • Toi qui a tout traversé

    Résultat de recherche d'images pour "femme sacrée"

    Toi qui a tout traversé...

    Rappelle-toi d'avoir porté tes enfants en ton sein
    Souviens-toi de la force que tu as dû avoir pour les mettre au monde
    Observe toutes les nuits où tu n'a pas dormi, où tu t'es inquiétée, mais aussi celles où tu te sentais si heureuse

    Toi qui a tout supporté...

    Pense à chaque instant où tu as pensé à faire ce qu'il faut pour ta famille
    Pense à toutes les douleurs qui ont transpercé ton coeur et qui t'ont mis ventre à terre par moment
    Pense à tous les moments où tu n'en pouvais plus et que tu aurais souhaité y mettre un terme, quelquefois au péril de ta vie.

    Regarde toutes ces années qui ont passé sur ton visage et où tu as pu observer tes premières rides et cheveux blancs
    Peut-être as-tu traversé une dépression, vécu une maladie grave, perdu un être cher, perdu un travail, une entreprise ou encore subit une trahison, un abandon ou une humiliation profonde.

    Peu-être n'as tu jamais eu l'amour de tes parents lorsque tu étais enfant et peut-être que tu en souffres encore...

    Regarde bien tout ce que tu as traversé, et que tu as su dépassé.. Oui oui je sais tu as encore beaucoup à faire me dis-tu, tu n'es pas encore satisfaite, je le sais, je te comprends.

    Mais regarde la Femme Sacrée que Tu Es ! Tu es déjà celle que le monde admire par sa puissance et son intégrité, par sa force et sa détermination à vivre !

    Tu es celle qui porte le Monde en son sein, permet l'évolution de la planète

    Redresse ton dos, ouvre ta respiration, regarde face devant toi et avance... sans peur

    Le monde t'aime et a besoin de toi

  • Ode à la femme

    Les femmes changent d'humeur avec la Lune.... Dansent avec les racines, le sang et les marées. Les femmes chantent des chansons que seule l'âme peut entendre...... et pleurent dans une langue oubliée depuis longtemps. Les femmes détiennent la sagesse dans leur corps... et donnent naissance à des rêves en rythme avec la ruée de la rivière. Les femmes savent comment être fluide. Les femmes savent quand il faut laisser aller la douleur; la douleur qui a toujours été trop lourde à partager. Les femmes gardent des secrets cachés dans leurs os, et laissent des traces d'elles-mêmes que leurs filles pourront retrouver quand elles disparaîtront. Et si vous êtes déjà demandé pourquoi les femmes changent d'avis comme le vent... c'est parce qu'elles ont dû apprendre à se nourrir avec des choses insaisissables comme des mots, le parfum, et le clair de lune. Les femmes sont nées pour embrasser, apaiser et réparer les cassures, la faim et la perte de l'innocence. C'est pourquoi les femmes marchent comme un lent grondement de tonnerre... C'est pourquoi les femmes passent une éternité à tisser du velours, des bougies et de la magie en un tissu qui ne sera jamais altéré ~ malgré des nuits passées à chasser le sauvage, des désirs mélancoliques, des matins de corvées sans fin et une vie entière à créer de l'amour pour les autres. Les femmes savent la raison pour laquelle les saisons doivent changer, et pourquoi les cycles de la vie, de la mort et de la renaissance, ne changent pas. Et comme le côté obscur de la Lune, les femmes en savent bien plus qu'elles ne pourront jamais vous montrer ...

    ॐ ~ Leesa Wilson 

    32207627 1825561400836687 4411585051179876352 n

  • Les deux loups

    Un vieil homme veut apprendre à son petit-fils ce qu'est la vie.
    "En chacun de nous, il y a un combat intérieur" dit-il au jeune garçon. "C'est un combat jusqu'à la mort et il se tient entre deux loups."
    "Le premier est ténébreux. Il est la colère, l'envie, le chagrin, le regret, l'avidité, l'arrogance, l'apitoiement sur soi-même, la culpabilité, le ressentiment, l'infériorité, la supériorité, les mensonges, la fausse fierté et l'égo."
    "Le second est lumineux. Il est la joie, la paix, l'amour, l'espoir, la sérénité, l'humilité, la gentillesse, la bienveillance, l'empathie, la générosité, la vérité, la compassion et la foi."
    Le petit-fils réfléchit pendant un long moment. Puis, il demande à son grand-père : "Quel est le loup qui gagne ?"
    Le vieil homme sourit et lui répond : "Celui que tu nourris."

    C6502df2 d305 4614 8df1 1c946250f2de

  • Quels sont les gros cailloux dans votre vie ?

    Un jour, un vieux professeur regarda  ses élèves un par un, lentement, puis leur dit : « Nous allons réaliser une expérience ». Il sortit un gros pot qu’il posa délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit  une douzaine d'assez gros cailloux et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu’au bord et qu’il fut impossible d’y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda : « Est-ce que ce pot est plein ? ». Tous répondirent : « Oui ». Il attendit quelques secondes et ajouta : « Vraiment ? ». Alors, il se pencha et sortit de sous son bureau un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s’infiltrèrent entre les cailloux... jusqu’au fond du pot. Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda « Est-ce que ce pot est plein ? » Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège. L’un d’eux répondit : « Probablement pas ! ». « Bien ! » répondit le vieux professeur. Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table une casserole de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier. Encore une fois, il demanda : « Est-ce que ce pot est plein ? ». Cette fois, sans hésiter et en chœur, les brillants élèves répondirent « Non ! » . « Bien ! » répondit l'enseignant. Et comme s’y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d’eau qui était sur le bureau et remplit le pot jusqu’à ras bord. Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et dit: «La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante : si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite ». Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience, de l’évidence de ces propos. Le vieux prof leur dit alors « Quels sont les gros cailloux dans votre vie ? Votre santé ? Votre famille ? Vos ami(e)s ? Réaliser vos rêves ? Faire ce que vous aimez ? Apprendre ? Défendre une cause ? Relaxer ? Prendre le temps ... ? Ou... toute autre chose ? Ce qu’il faut retenir, c’est l’importance de mettre ses gros cailloux en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir... sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n’aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie. Alors, n’oubliez pas de vous poser à vous-même la question : "Quels sont les gros cailloux dans ma vie ?" « Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (votre vie). » D’un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et lentement quitta la salle.

    31109962